Conseil N°3

Hygiène : 30 jours par an dans un nid de bactéries ?

Vous n’êtes pas biologiste. Et pourtant, si vous faites partie des 30% d’automobilistes qui ne dépoussièrent leur habitacle qu’une fois par an, vous entretenez un véritable bouillon de culture où les bactéries s’ébattent joyeusement et se développent à vitesse grand V ! Explications.

nettoyage-interieur-vitreQuelle est le point commun entre un volant et la lunette des toilettes ?

Les bactéries. Selon des chercheurs de l’Université Queen Mary de Londres, le volant est, même, bien plus sale que la lunette des toilettes. On y trouverait, en effet, neuf fois plus de germes et micro-organismes. L’habitacle d’une voiture est un véritable paradis pour les bactéries : l’humidité, les miettes de pain, les poussières importées par les semelles et charriées allègrement par les systèmes de ventilation et de climatisation. Le coffre, où votre baguette de pain vient se poser quand le sac de courses se renverse, concentrerait pas moins de 1000 bactéries au cm2. Bon appétit.

L’hygiène, ça se passe aussi dans la voiture

 Si vous pensiez que vous étiez allergique à la voiture, vous devriez plutôt chercher les coupables du côté des micro-organismes qui y prolifèrent. Evidemment, des solutions simples existent : se laver les mains après le trajet, éviter d’éternuer sur le volant, dépoussiérer régulièrement votre habitacle : volant, levier de vitesse, tapis de sol, coffre…

Pour ce qui est de l’assainissement des conduits d’aération, difficile toutefois de se passer de l’aide d’un professionnel. C’est lorsqu’ils sont traités à la vapeur saturée à 180° – à 8 bars de pression, que les systèmes de ventilation et de climatisation cessent d’être un havre de paix pour bactéries.